Cinema

The Imitation Game — Would you like to play?

This article was originally written for Her Campus (City University London). To access the original article please click here.

2014, THE IMITATION GAME
 (© Allstar Collection/BLACK BEAR PICTURES)

1951, Manchester. This is when and where “The Imitation Game” starts. The story begins by Alan Turing’s police interrogation on his actions during the Second World War, which is how he narrates his own story. It then tells you what the “Imitation Game” is about: cracking the German code Enigma. Turing, played by Benedict Cumberbatch, is fascinated by the machine and admits that “this is the most difficult puzzle in the world,” a code said to be “unbreakable”, and yet, with a team of talented and incredibly intelligent people, he led to the Allied victory, shortened the war by more than two years, and saved 14 million people thanks to the machine he has created to decode Enigma. After all, “what if only a machine can defeat another machine?”

The film jumps between three timelines, which may be confusing. It is actually separated between the war period, Turing’s teenage years in his boarding school, and from 1951 onwards, the creepy and dark atmosphere of the police interrogation and the post-war time, when everyone’s lives go back to normal – well almost. Yet, you get accustomed to it after some minutes and can be intensively in the story.

At school, Turing was rejected and bullied because he was smarter than his fellow-classmates. His only friend, Christopher, actually makes him realise that it is not because he is smarter, but because he is different. As an adult, Turing even says: “Just because something thinks differently from you, does that mean it’s not thinking?” And he is indeed a genius mathematician, thinking in his own way, already fond of codes, games and crossword puzzles. The latter will make him cross path with Miss Clarke, played by the sensitive and refined Keira Knightley, who brings a feminine touch in a world where only men can usually work, and where women are seen as strangers and less desirable.

Cumberbatch and Knightley prove that they can play everything with perfection. The first one puts aside his mysterious and funny Sherlock Holmes for a moment to endorse the historical role of a man persecuted for his homosexuality at a time when it was punished as a crime of indecency and by a jail sentence or chemical castration through medicines. The second one can play a pirate, a Duchess or Miss Clarke, here really helpful as she soothes the anger of the men who cannot decode Enigma. Among others, Hugh Alexander (Matthew Goode) shines by his contradictory – yet endearing – temper, driven by anger and his will to crack the code while hating Turing for being a so-called useless element in the team. He finally proves to be a great support needed in that period.

the-imitation-game-keira-knightley-benedict-cumberbatch1
 (© Allstar Collection/BLACK BEAR PICTURES)

In fact, unity seems like a keyword to describe the movie. You can only achieve such a task as winning the war if you have some support. You cannot act alone. This is where you see the evolution of the protagonist. He is solitary, but attempts to open to the others with difficulty, rather than being only in his own mind, because he indirectly needs their support. During most of the movie, the spectator seems to be in his thoughts, in his head, trying to understand the code and to find a solution. There is a kind of “addiction” throughout the movie: even you, seeing it around 70 years later, you want to know how Enigma works.

What is also striking, and makes you being right inside the movie, living the story, is the atmosphere. This is definitely one of the best points. The director, Morten Tyldum, has mixed real films from the war with his own movie, letting some bombings or plane attacks appear while the team is working on the code, which makes it more real. The scenes also take place most of the time in dark places – mainly the room where Turing is creating his machine, or outside at night. Everything should remain top-secret and hidden. The Second World War period is perfectly re-created, with old cars, period suits and hairstyles and the decoration of the houses and offices, and the whole seems natural enough to be believed to be true. Moreover, the music adds to this atmosphere with mysterious, emotional or sometimes solemn songs played during the action. The images may prevent some of the spectators to listen to it carefully, but listening to the soundtrack alone may be a good experience to feel this atmosphere even further.

For his splendid acting, Benedict Cumberbatch was nominated for different awards (BAFTA, Oscars, Golden Globes…), and even though Eddie Redmayne won them, Cumberbatch’s portrayal of Turing has been applauded by the critics from all over the world. In the cinema, when the light turned on, most of the audience was crying. Crying of sadness for this emotional story, but happy to have seen it and to know about a man who is too often forgotten. Alan Turing’s story should thus be heard of, as a legacy, to know that despite his condemned homosexuality which led him to commit suicide, he was one of the men who saved a part of the world and has invented what we call today  “computers”.

The Imitation Game
Directed by Morten Tyldum
Starring: Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode, Rory Kinnear, Charles Dance, Mark Strong, Allen Leech
Adapted from Alan Turing: The Enigma by Andrew Hodges
Produced by Black Bear Pictures, FilmNation Entertainment and Bristol Automotive

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

1951, Manchester. C’est ici que « The Imitation Game” commence. L’histoire débute par l’interrogatoire d’Alan Turing sur ses actes durant la Seconde Guerre Mondiale, et c’est par ce procédé qu’il narre sa propre histoire. On nous informe par la suite ce qu’est “The Imitation Game” : il s’agit de cracker le code nazi Enigma. Turing, joué par Benedict Cumberbatch, est faciné par cette machine et admet que “c’est l’énigme la plus difficile au monde,” un code réputé “impossible à cracker”, et pourtant, avec une équipe talentueuse et incroyablement intelligente, il amena la victoire Alliée, écourta la guerre de plus de deux ans, et sauva 14 millions de personnes grâce à la machine qu’il créa pour décoder Enigma. Après tout, “et si seule une machine pouvait vaincre une machine ?”

Le film se déroule à trois moments différents, ce qui peut paraître déroutant. Il est séparé entre la période de guerre, l’adolescence de Turing dans son pensionnat, et à partir de 1951, l’atmosphère sombre et lugubre de l’interrogatoire de police et l’après-guerre, lorsque la vie reprend son cours – ou presque. Cependant, on s’habitue à ces changements assez rapidement et l’on peut alors être entièrement plongés dans l’histoire.

À l’école, Turing était rejeté et brutalisé car il était plus intelligent que ses camarades. Son seul ami, Christopher, lui fait finalement réaliser que ce n’est pas car il est plus intelligent, mais car il est différent. Adulte, Turing dit même “Juste parce que quelque chose pense différemment de vous, est-ce que ça veut dire que ça ne pense pas ?” Et il est en effet un très grand mathématicien, pensant à sa manière, adepte de codes, jeux et mots croisés. C’est d’ailleurs ces derniers qui vont lui permettre de rencontre Miss Clarke, jouée par une Keira Knightley sensible et raffinée, qui apporte une touche féminine dans un monde où seuls les hommes travaillent, et où les femmes sont vues comme des étrangères beaucoup moins désirables.

Cumberbatch et Knightley prouvent qu’ils peuvent tout jouer avec perfection. Le premier met de côté son rôle du mystérieux Sherlock Holmes pour endosser le rôle historique d’un homme persécuté pour son homosexualité à une période où celle-ci était punie comme crime d’indescence par une peine de prison ou une castration chimique par médicaments. La seconde peut jouer un pirate, une Duchesse ou Miss Clarke, ici très utile à l’action puisqu’elle permet de calmer la colère de ces hommes qui ne parviennent pas à décoder Enigma. Parmi les autres personnages, Hugh Alexander (Matthew Goode) brille par son caractère contradictoire mais attachant, motivé par la colère et son souhait de cracker le code, tout en haïssant Turing et l’accusant d’être un élément soi-disant inutile de l’équipe. Il finit par se montrer d’un très grand support, bienvenu pendant cette période.

En réalité, l’unité semble être un mot clé pour décrire le film. Vous ne pouvez achever des tâches telles que gagner la guerre que si vous avez de l’aide. Vous ne pouvez pas agir seuls. C’est là que l’on voit l’évolution du protagoniste. Il est solitaire, mais essaie de s’ouvrir aux autres avec difficulté, plutôt que de rester dans son coin, car il sait qu’il a besoin d’eux. Pendant la majorité du film, le spectateur semble être dans les pensées de Turing, dans sa tête, essayant de comprendre le code et de trouver une solution. Il y a comme une sorte d’addiction : même vous, le voyant environ 70 ans plus tard, vous voulez découvrir comment fonctionne Enigma.

Ce qui est également frappant, et vous donne l’impression d’être plongés dans le film, vivant l’histoire, est l’atmosphère. C’est définitivement l’un des meilleurs points. Le réalisateur, Morten Tyldum, mixe de vrais extraits de la guerre dans son film, laissant aparaître des bombardements ou des attaques d’avions pendant que l’équipe travaille sur le code, ce qui rend l’histoire encore plus réelle. Les scènes se déroulent la plupart du temps dans des lieux sombres – notamment la pièce où Turing fabrique sa machine, ou dehors pendant la nuit. Tout doit rester top-secret et caché. La période de la Seconde Guerre Mondiale est parfaitement re-créée, avec des voitures et des costumes d’époque, les coiffures, la décoration des maisons et bureaux, et le tout semble si naturel que l’on penserait que tout est vrai. De plus, la musique ajoute à cette atmosphère avec des chansons mystérieuses, parfois plus solennelles. Les images peuvent empêcher certains spectateurs de les écouter attentivement, mais écouter la bande-son est probablement une bonne expérience pour retrouver cette atmosphère.

Pour son incroyable jeu d’acteur, Benedict Cumberbatch a été nominé pour différentes récompenses (BAFTA, Oscars, Golden Globes…), et même si Eddie Redmayne les a finalement remportées, l’interprétation de Turing par Cumberbatch a été applaudie par la critique dans le monde entier. Au cinéma, lorsque les lumières se sont rallumées, la plupart du public pleurait. Il pleurait de tristesse face à cette histoire émouvante, mais heureux de l’avoir vue et de connaître un homme qui a été trop longtemps oublié. L’histoire d’Alan Turing devrait donc être entendue, comme un héritage, pour savoir que malgré son homosexualité qui l’a amené à se suicider, il était l’un des hommes qui sauva le monde et inventa ce que l’on appelle aujourd’hui “ordinateurs”.

The Imitation Game
Réalisé par Morten Tyldum
Avec Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode, Rory Kinnear, Charles Dance, Mark Strong, Allen Leech
Adapté du livre d’Andrew Hodges “Alan Turing: The Enigma”
Produit par Black Bear Pictures, FilmNation Entertainment and Bristol Automotive

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s